Contáctenos Quiénes somos
De la frontera | Redacción Espacinsular

Des organisations, membres de la Commission de Concertation Haïtiano-Domicaine(CCHD)  se sont retrouvées à leur 5e rencontre binationale pour analayser les différentes thématiques relatives aux rapports entre les deux Etats. Durant trois journées de travail, elles ont formulé des actions conjointes pour encourager des relations harmonieuses sur l'île. 

 Un communiqué a été rédigé en Espagnol et en Français le 23 avril 2016,  pour formuler des recommandations aux gouvernements haitien et domincain.

Le GARR partage avec vous l’intégralité de la version française du communiqué publié ce mercredi 27 avril 2016 :

COMENDADOR, RépubliqueDominicaine

Nous, organisations de la société civile de la République Dominicaine et d’Haïti, sommes réunies, du 21 au 23 avril 2016, à la cinquième Rencontre de la Commission de Concertation Haïtiano-Dominicaine (CCHD) pour analyser la situation actuelle de l’île et les perspectives d'avenir.

Considérant que la conjoncture actuelle d’Haïti et de la République Dominicaine est immergée dans des processus électoraux dont le développement conditionne l’avenir des relations entre les deux Etats et leurs peuples;

Considérant qu’actuellement Haïti fait face au défi de sortir de la crise électorale, marquée par l'instabilité politique et conditionnée par l'influence d’acteurs de la communauté internationale;

Considérant que le processus électoral en République Dominicaine se caractérise par l'absence de débats sur les questions des relations dominico-haïtiennes desquels découleraient des propositions issues de l'agenda des candidats;

Considérant que le Plan National de Régularisation des Étrangers (PNRE) et le Programme d'Identification et de Documentation des Immigrants Haïtiens (PIDIH) n’ont pas répondu aux attentes d’une documentation adéquate et d’une régularisation sûre, stable et permanente, et, par voie de conséquence, cela donne lieu à des incertitudes sur la garantie de la documentation accordée, intensifiant ainsi des vagues de rapatriement au niveau de la frontière haïtiano-dominicaine;

Considérant le poids du commerce bilatéral fonctionnant en dehors d’un cadre règlementaire adéquat et d’un modèle d’organisation acceptable entrainant un déséquilibre en termes d’avantages pour les deux peuples qui n’en bénéficient pas de manière équitable, générant ainsi des tensions dans leurs relations;

Considérant que la situation environnementale de l'île se trouve à un moment critique à cause des effets du changement climatique, la surexploitation des ressources naturelles et l'absence d'une politique durable qui permet de gérer les risques et d'inverser les effets négatifs sur l'habitat des deux peuples;

Considérant que les travailleurs migrants (haïtiens) constituent une force productive dans l'économie (dominicaine), mais qu’il n’existe pas une protection efficace de leurs droits fondée sur des contrats formels et l'accès à la sécurité sociale qui établiraient leurs liens avec l'État et leurs employeurs;

Compte tenu de la complexité des problèmes énumérés ci-dessus et notre engagement à contribuer au développement de relations harmonieuses entre les deux peuples, nous exigeons:

Que les deux Etats prennent l'initiative de faire une évaluation du PNRE et du PIDIH afin d'établir les résultats obtenus, les facteurs et les obstacles qui ont entravé et empêché l’atteinte des résultats escomptés de ces deux programmes, et de mettre en place des politiques qui permettent aux gens d'être documentés et régularisés dans un avenir proche ;

Que l'État haïtien délivre des documents aux immigrants haïtiens qui se sont inscrits au PIDIH pour qu’ils puissent poursuivre leur processus de régularisation migratoire;

Que l'État dominicain définisse les critères qui garantissent des catégories migratoires temporaires et permanentes, basés sur l’enracinement historique des migrants dans la société dominicaine;

Un agenda binational approprié avec une attention spéciale sur l'organisation et la régulation des marchés frontaliers et la mise en œuvre de la carte d’Habitant Transfrontalier, tout en saluant l'initiative prise par les chanceliers de se réunir pour relancer le dialogue binational;

Le respect des droits fondamentaux des rapatriés, en appliquant le Protocole d’Accord sur les Mécanismes de Rapatriement de 1999 et les normes internationales en la matière;

La NON déportation des Dominicains d'origine haïtienne.

 Organisations signataires:

Centro Bono

Centro Cultural Dominico Haitiano (CCDH)

Centro de Desarrollo Sostenible (CEDESO)

Fondation Zile-Haiti (FZ)

Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR)

Movimiento de Mujeres Dominico Haitianas (MUDHA)

Movimiento Socio Cultural para los Trabajadores Haitianos (MOSCTHA )

Observación Migratoria y el Desarrollo Social en el Caribe (OBMICA)

Observatoire de Recherche sur les Rapports Elites-Populations et les Migrations (ORREM)

Red de Encuentro Dominico-Haitiana Jacques Viau

Réseau Frontalier Jeannot Succès (RFJS)

Sant Pon Ayiti (SPA)

Service Jésuite aux Migrants – Haïti (SJM)