Contáctenos Quiénes somos
Noticias | Redacción Espacinsular

Le système des Nations Unies en Haïti est préoccupé par l’augmentation des cas d’agressions contre les journalistes couvrant des manifestations. Couvrir les événements en direct est au cœur du travail journalistique, qui est essentiel pour garantir la liberté de la presse et le droit à l'information.

Au regard des allégations documentées, les Nations Unies s’inquiètent que des agents de maintien de l’ordre aient commis des actes contre certains acteurs des médias dans l’exercice de leur fonctions professionnelles. Ces actes ont pour conséquence de limiter le droit à la liberté d’expression et d’accès à l’information.

Les Nations Unies exhortent les forces de sécurité à revoir leurs pratiques et à se pencher rapidement sur les violences contre les journalistes et autres acteurs des médias, afin que tout abus et toute violations avérées fasse l’objet de sanctions à la suite d’enquêtes dument diligentées. A cet égard, les Nations Unies rappellent les recommandations aux autorités haïtiennes quant à la gestion de foules afin d’assurer le respect des droits de réunion pacifique et de sécurité de la personne formulées dans le récent rapport conjoint du BINUH et du Haut-commissariat aux Droits de l’Homme sur les violations et abus aux droits de l’homme commis lors des manifestions de 2018 et 2019 (https://binuh.unmissions.org/sites/default/files/2021.01.15_rapport_manifestations_2018-2019.pdf), lesquelles ont été accueillies favorablement par les autorités haïtiennes.

Les Nations Unies condamnent toute attaque commise contre des journalistes et appellent les autorités ainsi que les acteurs politiques au respect de la liberté de la presse et du droit à l'information. Une presse libre et indépendante, à l'abri de toute censure et de toute coercition, est indispensable à l’essor de la paix, au respect de la justice et à la promotion des droits de l’homme.